Giordano_Mariage_Vierge_wi

Joseph est bien marié !

Que savons-nous de Joseph à travers les évangiles ?

Très peu de choses !

Et pourtant la littérature qui le concerne est abondante !

Joseph figure dans les genèses de Matthieu et Luc. Puis ceux-ci répètent à plusieurs reprises à propos de Jésus qu’il est fils de Joseph.

Matthieu le dépeint comme un homme juste et compréhensif :

« Or telle fut la genèse de Jésus Christ. Marie, sa mère, était fiancée à Joseph : or, avant qu'ils eussent mené vie commune, elle se trouva enceinte par le fait de l'Esprit Saint. Joseph, son mari, qui était un homme juste et ne voulait pas la dénoncer publiquement, résolut de la répudier sans bruit.

Alors qu'il avait formé ce dessein, voici que l'Ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ta femme : car ce qui a été engendré en elle vient de l'Esprit Saint. »

… Une fois réveillé, Joseph fit comme l'Ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui sa femmeet il ne la connut pas jusqu'au jour où elle enfanta un fils, et il l'appela du nom de Jésus. » (Mt 1, 18-20 et 24-25)

Joseph suit rigoureusement des consignes de l’ange tant pour prendre chez lui Marie que, plus tard, pour la conduire en Egypte, ainsi que l’enfant Jésus, pour fuir la colère d’Hérode (Mt 2, 13-14 et 2, 19-21)

Nous savons qu’il est charpentier :

« Celui-là n'est-il pas le fils du charpentier ? » (Mt 13, 55 et Mc 6, 3)

Luc ne parle de Joseph nommément qu’au moment de la naissance de Jésus ; il disparaît ensuite sous l’appellation « parents » ou « père » et montre une attitude commune avec Marie :

« Son père et sa mère étaient dans l'étonnement de ce qui se disait de lui. » (Luc 2, 33 devant le vieillard Syméon)

A sa vue, ils furent saisis d'émotion, et sa mère lui dit : « Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Vois ! ton père et moi, nous te cherchons, angoissés. » (Luc 2, 48, lorsqu’ils retrouvent l’enfant perdu lors d’un séjour pour la Pâque à Jérusalem)

Alors nous pouvons dire et chanter :

Joseph est bien marié !

Raphaël Le mariage de la Vierge Wi

Photo ci-dessus : 

Raphaël (1483-1520), « Le mariage de Vierge » (photo Wikimedia commons)

Photo d'en-tête : 

Luca Giordano (1634-1705), « Le mariage de la Vierge » (Musée du Louvre) (Photo Wikimedia commons)

Joseph est bien marié !

Ce chant de Noël reprend Mt 1 dans un langage populaire et spontané. Les paroles originales pourraient être l’œuvre d’Eustache Du Caurroy, le maître de chapelle de Henri IV (1553-1610).

1. Joseph est bien marié à la fille de Jessé.

C'était chose bien nouvelle D'être mère et pucelle.

Dieu y avait opéré : Joseph est bien marié.

2. Et quand ce fut au premier Que Dieu voulut nous sauver :

Il fit en terre descendre Son seul fils Jésus pour prendre

En Marie humanité : Joseph est bien marié.

3. Quand Joseph eut aperçu Que la femme avait conçu :

Il ne s'en contenta mie, Fâché fut contre Marie,

Et se voulut en aller : Joseph est bien marié.

4. Mais l'ange si lui a dit : Joseph n'en aie point dépit,

Ta sainte femme Marie Est grosse du fruit de vie.

Elle a conçu sans péché : Joseph est bien marié.

5. Les anges y sont venus Voir le Rédempteur Jésus.

De très belle compagnie, Puis à haute voix jolie

Gloria ils ont chanté : Joseph est bien marié.

6. Or prions dévôtement De bon coeur et humblement.

Que paix, joie et bonne vie Impêtre Dame Marie

A notre nécessité : Joseph est bien marié.

Enregistrements :

- Noël chanté par la Maîtrise de Radio-France :

https://www.youtube.com/watch?v=MvcpmL7x8mA

- Variations de Balbastre par Michel Chapuis à l’orgue de Saint Roch à Paris :

https://www.youtube.com/watch?v=gpgcxPjtS-Y

Photo ci-dessous : 

Georges de La tour (1593-1652), « Joseph charpentier » (Musée du Louvre) (Photo Wikimedia commons)

La_Tour St Joseph

Commentaire de ce tableau :

Jésus est la lumière du monde : le cierge qu’il tient fait resplendir sa face. Joseph n’en reçoit que quelques éclats principalement sur les bras et le front tandis qu’une bonne partie de sa personne est quasiment dans l’ombre. L’accent est mis sur son geste et ses yeux qui semblent regarder au-delà de ce qu’il fait ; charpentier de son métier, il perce un trou avec une tarière dans une poutre : peut-être une allusion aux trous des clous qui fixeront Jésus sur la croix.

Le visage de l’enfant Jésus joyeux tranche avec celui de son père soucieux.

L’enfant Jésus fixe le regard de Joseph, y voyant peut-être un reflet de celui de son père céleste.

Et l'on n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais bien sur le lampadaire, où elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison.

Ainsi votre lumière doit-elle briller devant les hommes afin qu'ils voient vos bonnes œuvres et glorifient votre Père qui est dans les cieux. (Mt 5, 15-16)

Guido Reni St Joseph et Jésus

Photo ci-dessus :

Guido Reni (1575-1642), « Saint Joseph et le Christ enfant » (Photo Wikimédia commons)